Kris

Kris  explore des domaines très éclectiques : le thriller, l’analyse psychologique et bien sûr l’histoire contemporaine. Après ses débuts chez Delcourt, il réalise la majeure partie de sa carrière comme scénariste chez Futuropolis. Il publie Notre Mère la Guerre avec Maël chez Futuropolis la saga Destins imaginée par Frank Giroud avec Gilles Mezzomo au dessin, mais aussi Le Monde de Lucie. Né à, Kris fait des études d’histoire et exerce des jobs de barman puis de libraire. Finalement, son déclic pour la BD est dû à trois auteurs : Obion, Éric Davodeau  et Julien Lamanda. Il décide d’abandonner une éventuelle carrière dans l’Education nationale pour s’adonner à sa passion : l’écriture de scénarios. Il débute chez Delcourt où il publie en Toussaint 66 avec Julien Lamanda au dessin, Le Déserteur avec Obion et participe aux côtés de 21 auteurs à un collectif l’Essayeur des Anneaux. Puis, il enchaine les succès en BD principalement chez Futuropolis. Son récit sur les luttes ouvrières de l’après guerre, Un Homme est mort, dessiné par Étienne Davodeau en octobre 2006 obtient le prix de la bande dessinée d’actualité de France Info. Il signe plus tard deux récits en partie autobiographiques, Coupures irlandaises avec Vincent Bailly au dessin, et Les Ensembles contraires, avec Éric T. au scénario et Nicoby au dessin. Ses récits s’allongent ensuite avec des trilogies Le Monde de Lucie avec Guillaume Martinez au dessin, Notre Mère la Guerre dessiné par Maël, il prête sa plume pour le collectif En chemin elle rencontre. Frank Giroud l’a appelé pour participer à sa saga Destins dont il signe le T.6 avec Gilles Mezzomo au dessin

Retrouvez les chroniques des albums de Kris sur le blog de « La Loutre Masquée » :

 

Nuit noire sur Brest

Dimanche 29 août 1937, à la sortie de la rade de Brest… Un sous-marin fait soudainement irruption dans les eaux bretonnes. À son bord, des républicains espagnols, ayant fui l’arrivée de troupes franquistes. Seulement voilà : au nom du principe de neutralité, les autorités françaises refusent de donner suite à la demande d’assistance des Espagnols.